Genel

Published on Ekim 24th, 2015 | by Avrupa Forum 3

0

Paix ou guerre ? Emprisonnement ou liberte? – Ela Ulus/Özgür Ronî

La singularité et le morcellement fera vivre l’AKP. L’union des peuples finira l’AKP

“Une seule langue, un seul drapeau, une seule nation” voici le slogan de l’Akp. C’est pour cette raison que l’AKP attaque le HDP(Parti Démocratique des Peuples), ayant pour principe la diversité, l’union de toutes les existences, de toutes les nations et confessions.

Recep Tayyip Erdogan, président de la république turque déclare, “Quiconque resistera sera neutralisé”, autrement dit, soit l’un des miens ou tu mourras.

Pourquoi l’AKP attaque t-il le HDP? Que représente le HDP?

Nous traiterons en trois parties, les  causes et conséquences de la politique de l’AKP.

D’un point de vue politique, la stratégie est de faire perdurer l’idéologie officielle du gouvernement : c’est à dire la dénégation, l’anéantissement et l’assimilation des peuples de Turquie. Le but de cette idéologie est de dénier l’existence de toute autre identité que celle de l’identité turque, comprenant ces 3 paramètres de bases ,3 masques : l’islamisme, le kemalisme et le nationalisme. Pour ceux qui adoptent ces trois masques sans exception, tout est permis. Tout turc qui veut gagner une place dans la diplomatie doit porter ces 3 masques aux prix de nier sa propre origine,qu’il soit kurde, arabe, bulgare, tcherkesse, laz ou georgien, le turque conforme aura réussi a gagner une place dans les plus hautes chaises de l’Etat. Mais celui qui affirme son identité se fait finallement punir par l’Etat. Turgut Özal en 1993 se fait executer, car il affirme qu’il est kurde après avoir gagné le statut de président.

Aujourd’hui Tayyip Erdogan se dit Turc alors qu’il ne l’est pas, il prône l’islamisme– Ahmet Davutoglu déclare:  “l’islamisme que défend la Turquie est 360° différent de celui de DAECH”, et devient donc aux yeux de la population, l’archétype du bon turque. Essentiellement représentant du système kemaliste, Erdogan adopte un style machiavéliste : pour arriver à ses fins, chaque chemin est empruntable. Recep Tayyip Erdogan expose en fait des airs de caméléon, ou prostitué politique.

coupabledelaguerreLes relations de RTE avec le reste du monde sont très variables. Actuellement, le gouvernement entretient un rapport d’échange très sournois avec l’Union Européenne. Notamment, un membre du parlement Européen dénonce le silence des pays Européens face à la complicité AKP-DAECH. Une Turquie, dont les camions des services secrets (MIT) transportent des armes pour DAECH en Syrie, se fait accueillir comme invité d’honneur à Bruxelles, cœur de l’institution Européenne. Il est vrai que l’Europe tait les crimes d’Erdogan, pour qu’à son tour, les pays Européens soient à l’abri des immigrations Syriennes à l’aide de l’AKP, fermant les frontières. L’engagement est le suivant : Erdogan s’engagera à garder et à accueillir un maximum de réfugiés Syriens, les empêchant de migrer vers l’Europe ; au profit de l’économie des pays Européens, qui s’engageront :
– à garder le silence face à l’implication de l’Etat Turque dans la barbarie DAECH, et
– à se taire face aux répressions et massacres du régime envers les villes Kurdes, et envers tout opposant au sytème.

Effectivement, la guerre de DAECH en Syrie lui sert, non seulement pour lutter contre le PKK, son ennemi juré, mais aussi pour se nourrir de l’affaiblissement des pays du Moyen-Orient et conséquemment paraître en tant que seul figure puissante du moyen orient. Erdogan aspire au rétablissement de l’Empire ottoman, il n’y a aucun doute, son attitude de sultan auto-proclamé et son palais nous le confirme.

Parallèlement, l’hypocrisie d’Erdogan n’est pas un secret, alors que la communauté internationale voit la “honte de l’humanité échouée”  dans l’image d’Aylan Kurdî, ce petit enfant kurde de trois ans gisant sur une plage de Bodrum, d’autres enfants continuent d’être massacrés par des forces étatiques turques. Au moment où le président Erdogan accusait les Européens d’avoir fait de la Méditerranée «un cimetière de migrants» et demandait  à l’humanité de rendre des comptes, les forces armées sous ses ordres étaient en train de mettre le chaos dans toute la région kurde.
Depuis le juin dernier, plus de 200 civils dont plusieurs enfants ont été tués par les forces de l’ordre d’Erdogan qui veut instaurer son régime dictatorial.

Ensuite, d’un point de vue militaire, les pratiques du gouvernement sont intouchables : les valeurs du militarisme sont suprêmes, les opérations militaires sont injugeables. Toute opération militaire est considérée comme légitime. Le soldat a tous les droits de massacrer, de bombarder, d’attaquer car le slogan est ainsi : « hersey vatan için » autrement dit, « tout pour la nation ». Le rêve d’Erdogan est l’extermination des Kurdes et de tout autre opposant au système.

Des actes inhumains ont eu lieu dans les villes kurdes. Ces deux derniers mois, plus de 170 civils ont perdu la vie dans les villes de Nusaybin, Cizre, Diyarbakir et Hakkari. A partir du 4 septembre 2015, et pendant plus de jours, Cizre était sous couvre-feu, sous couvert de « lutte contre le terrorisme ». Le nombre de victimes parmi la population civile à Cizre s’estimait à 23. Les besoins vitaux de la population c’est à dire le pain, l’eau, l’électricité leur avaient été délibérément enlevés. Toute la ville résistait farouchement contre les attaques du régime AKP. Il est inutile de parler du bébé de 35 jours, où de la jeune Cemile âgée de 10 ans dont le corps reposait dans un congélateur à défaut d’avoir la permission de sortir de chez elle pour ses propres funérailles.

Aussi, Lokman Haci Birlik ,24 ans, jeune cinéaste et membre actif du HDP a été tué par 28 balles dans la nuit du mercredi 7 octobre lors d’une opération des forces spéciales de la police à Sirnak. Son cadavre a ensuite été accroché au pare-chocs d’une voiture de police pour être traîné dans les rues de la ville kurde. Qui plus est, la vidéo a été publiée sur YouTube par les auteurs de cet acte, accompagné d’insultes envers le défunt.

Malgré tout cela, le premier ministre déclare, « Nous sommes un pays de droit et de justice, nous possédons la liste de potentielles bombes humaines, mais nous ne pouvons pas passer à l’arrestation tant que l’une d’elle ne soit passée à l’acte ». Encore plus choquant, il affirme publiquement avoir rendu à la justice l’auteur de l’attentat de Suruç qui avait péri lors de l’attentat suicide.
Le premier ministre qui fait de telles déclarations, est à la tête d’un système qui mène des opérations d’arrestation de plus de 4500 membres actifs du HDP et de 28 maires du HDP élus par le peuple ! Ce tableau de « pays de droit et de justice » pour les bombes humaines ne s’applique apparemment pas quant aux arrestations sans motif valable pour les élus, défenseurs de la démocratie.
Selon Erdogan, la victime et le bourreau sont les mêmes. L’AKP porte des accusations au HDP, l’estimant coupable de l’attentat suicide à Ankara le 10 octobre 2015. Le 10 octobre, des milliers de personnes se sont rassemblées pour une manifestation pour la paix. Plusieurs partis de gauche Turque dont le CHP, des syndicats et des partisans du HDP se sont réunis pour faire un appel à la paix à Ankara, capitale turque. Un double attentat à la bombe a causé plus de 100 victimes et 500 blessés. Malheureusement, les premières interventions n’étaient pas celles des services de secours, mais celles des agents de police, projetant du gaz lacrymogène sur les survivants essayant de venir en secours aux blessés.

Peu après l’attentat, on apprend que le président de la république ordonne la censure médiatique de cet attentat au conseil supérieur de l’audiovisuel turc.

Aujourd’hui à quelques jours des élections législatives anticipées du 1er Novembre 2015, le tableau que nous voyons est semblable à celui de la veille des élections du 7 juin 2015. Le 5 Juin 2015 à Diyarbakir, un attentat à la bombe avait causé la mort de 5 personnes en plein cœur d’un meeting du HDP.

Aussi, le 20 juillet encore, le comité de Reconstruction de la ville de Kobanê, réunissant en son sein plus de 300 membres, essentiellement composé d’étudiants et de membres de l’Association de jeunes socialistes, se réunit à Suruç afin de passer la frontière et de venir en soutien psychologique et matériel aux victimes de la sale guerre de DAECH. Un attentat à la bombe fait 35 morts et plus d’une centaine de blessés.

Le président de la République Turque  RTE, montre du doigt DAECH et « [maudit] et condamne les auteurs de cette violence au nom de [son] peuple ». Alors que ces deux attentats ont couté la vie à des dizaines de personnes, la sécurité n’était pas présente au meeting pacifiste d’Ankara. L’attentat ayant eu lieu à seulement 300m du siège des services secrets turques(MIT), et à 4 km de la Grande Assemblée nationale de Turquie, Selahattin Demirtas, président du HDP, dénonce le manque de sécurité, et l’entrave de l’accès des secours par la police de l’AKP. Que peut-on conclure de ce manque de sécurité de la part de l’Etat ? Il n y a aucun doute à ce sujet, l’attentat d’Ankara où la paix a été assassinée, n’a pas été commis à l’insu de l’Etat.

Enfin, d’un point de vue socio-psychologique, la société est menée par la dénégation et l’injustice qui sont les maître-mot du système.
Le Premier Ministre d’un pays trahit ouvertement l’opinion publique et le peuple. Les forces de l’ordre et les forces armées de ce pays faisant des centaines de morts se font applaudir sous le commandement de l’Etat par la foule et gagnent ainsi un statut de héros protecteur. La société est bouleversée par cette manipulation et quasi-hypnose d’Erdogan. La société est délibérément laissée aveugle, elle découvre et accepte uniquement les déclarations officielles de l’Etat orchestrée par les forces médiatiques. Le peuple joue aux trois singes, perd la vue, l’ouïe et le langage. Le pays sombre dans un chaos dans lequel les membres de la société tombent soit dans l’égoisme, soit l’incompréhension, soit la singularité et l’irresponsabilité traduite par un silence de la plupart.

Cependant, les règles sont simples, le système récompense ses partisans et réprime ses opposants. L’état opère un terrorisme, en menant un système dictatorial. La peur, la frustration et l’inquiétude suprime la réactivité de la société.

Dans cette atmosphère de guerre, les médias engendrent une vague de haine et se ventent de la pression exercée sur les kurdes. Nous avons observé de nombreux exemples de lynchage, non seulement en Turquie, Est et Ouest compris, mais aussi en Europe. A Hambourg, un jeune avait été blessé par coup de couteau à la gorge ; à Bern, des manifestants kurdes s’étaient fait volontairement renversés par la voiture d’un ultra-nationaliste d’origine turque, sans oublier le centre culturel Kurde  qui a été attaqué aujourd’hui plus de 6 fois par des auteurs inconnus qui n’ont d’ailleurs jamais été sanctionnés par la justice Française.

En outre, La manipulation médiatique amène les fascistes à une politique de lynchage et de guerre turco-kurde. Cela profite à Erdogan qui après avoir été démasqué au sujet de son aide à DAECH, regagne le statut de gouverneur absolu. En se prétendant indispensable au bien de la Turquie, il tient des discours de héros prétendant être la seule force salvatrice. Son but est de faire croire à la société que leur protection et bien-être ne sont assurés seulement dans la mesure où les électeurs portent leur voix à son avantage.

Il déclare que « si l’AKP avait gagné 400 sièges au parlement lors des élections de juin, rien de tout cela ne serait arrivé ». Dans son langage, cela signifie, « si je n’ai toujours pas 400 membres de l’AKP au parlement aux prochaines élections anticipées, je continuerais, avec mon allié DAECH, à vous exterminer ». Ceci exerce une pression psychologique sur les électeurs du HDP, qui sont les principales cibles des attentats et morts civiles, mais aussi une pression psychologique sur les électeurs d’un autre parti au pouvoir, le CHP (le parti du peuple républicain). Les électeurs du parti savent très bien que la terreur de l’AKP s’effectuera également un jour à leur encontre. Rappelons que 11 victimes de l’attentat d’Ankara étaient des membres du CHP. Dans la lutte de HDP contre le système, les électeurs du CHP soutiennent secrètement le HDP.
En conclusion, une vérité éclate à la lumière du jour : la démocratie est entre les seules mains du HDP.

Le HDP revendique :

Une société démocratique, une singularité démocratique, un état démocratique.

Le HDP dit :

OUI à l’unité ; NON à la polarisation et au morcellement.
OUI à l’acceptation de l’autre ; NON à l’extermination des langues, religions, genres, cultures et de la nature.
OUI à un système de droit.
OUI à l’égalité, à la liberté et à la justice.
OUI à un système éducatif amélioré ; OUI à l’enseignement en langue maternelle.
OUI à un système de santé meilleur pour toutes les classes sociales ; NON à l’inégalité des chances.
OUI au respect du statut et du rôle de la jeunesse et de la femme.
OUI à l’égalité de la redistribution des gains.
NON à une société contrôlée par l’Etat ; OUI à un Etat contrôlé par la société.
NON au désordre ; OUI à l’ordre social respecté.
NON à la guerre ; OUI A LA PAIX.

Pour finir, nous insistons sur le fait que DAECH et son représentant Erdogan menacent non seulement les Kurdes mais aussi toute la population mondiale. DAECH n’existe pas seulement à Kobanê, DAECH existe aujourd’hui à Paris, à Lyon et dans tous les pays Européens. DAECH opère et a opéré des massacres barbares mondialement. Avant qu’il ne soit trop tard, nous devons soutenir la lutte du YPG contre DAECH comprenant des soldats Kurdes, Français, Anglais, Américains, Australiens…
Nous devons nous approprier la lutte de résistance humaine que mène le YPG. D’une façon symbolique, les représentants de cette aspiration à la démocratie est le HDP en Turquie.
Malheureusement, l’Europe et les pays occidentaux se disant démocrates, et prônant la liberté et l’égalité, ignore cette vérité. Ou alors, au profit de leurs avantages économique, géopolitique et géostratégique, n’exposent pas un soutien et une attention suffisante envers le YPG, le HDP et tous les peuples résistant face à la barbarie de DAECH et de son allié Erdogan.
L’union Européenne et les Etats-Unis doivent reconsidérer leurs relations avec la Turquie et réagir immédiatement pour agir face au terrorisme d’Etat qu’Erdogan exerce sur la population de Turquie.
Ces élections du 1 er novembre feront vaincre la démocratie, l’humanisme, et la paix.                                                                                                                                                                        

16 octobre 2015

Özgür Ronî ve Ela Ulus

Membres de L’Association Culturelle Kurde de Mulhouse

Contact: [email protected]

 

ankara-cenaze4 ankara-terör-saldırı-9 Bomba-Patlama-1 patlama-yeri-2 yunanistan

Tags: , , , , , ,


About the Author



Comments are closed.

Back to Top ↑